Assemblée générale du mouvement le 11/10/2018 à Lyon-Villeurbanne

Ordre du Jour : Projet stratégique 2018/2022

jeudi 11 octobre 2018 à 20h00 – Maison Berty-Albrecht (Salle Charpennes – 2ème étage) – 14, place Jules Grandclément – Villeurbanne 69100 – Metro Gratte-Ciel ou Flachet – Bus C3, C11, C26

Pour participer à cette AG, inscrivez-vous ici

Exposé de la problématique : DDR propose un nouveau mode d’organisation sociétale (la démocratie directe) afin d’aider le système à retrouver ses propriétés initiales après l’altération de l’épisode croissanciste (la résilience).

Notre projet fondamental intitulé « Programme pour une société de l’après-croissance » comporte deux volets, l’un institutionnel et l’autre politique. La question qui nous est posée, en terme de stratégie, est de déterminer si nous devons proposer l’intégralité de ce programme ou ne proposer que le volet institutionnel, c’est à dire l’instauration de la démocratie directe concrétisée par le remplacement de la constitution actuelle par la Constitution Nouvelle en Démocratie Directe (CNDD), lors des prochaines élections présidentielles et législatives.

Cette deuxième option revient à considérer que le volet politique du « Programme pour une société de l’après-croissance » ne saurait être proposé dans le cadre des institutions actuelles, mais uniquement dans le cadre d’un système de démocratie directe préalablement installé. Notre stratégie à court terme serait donc ramenée à  l’objectif d’instauration  de la démocratie directe. Notre travail de réflexion sur le projet de société serait dès lors différé, au profit d’une action de nature « a-politique », visant à exploiter toutes les pistes susceptibles de nous rapprocher de l’instauration de la  démocratie directe

Modes d’actions proposés :

1. Finaliser une charte commune, plus petit commun dénominateur entre tous les adhérents et sympathisants, sur ce modèle : Les adhérents du mouvement « Démocratie Directe & Résilience » sont réunis par l’approbation de deux hypothèses fondamentales :

  • La décroissance prochaine de la société industrielle est rendue inéluctable par suite de la raréfaction progressive des ressources fossiles et minérales de la planète. La rapidité de cette décroissance sera fonction d’un ensemble de critères difficiles à pronostiquer, mais son impact sur notre mode de vie, c’est à dire finalement ce qui nous intéresse, sera lié à notre capacité de résilience.
  • Ce changement de paradigme économique devra s’accompagner d’un changement de modèle d’organisation sociétale. Nous proposons que ce nouveau modèle d’organisation soit la démocratie directe, en remplacement de la démocratie représentative. La démocratie directe se définit comme un système d’organisation collective dans lequel le peuple est la source unique de la loi à l’exclusion de toute forme de représentation. En démocratie directe, le peuple exerce seul la souveraineté nationale par l’intermédiaire de son pouvoir législatif. Par ailleurs, le peuple délègue la fonction exécutive à une entité administrative dénommée « Etat », qui exerce cette délégation sous la contrepartie d’un mandat impératif.

Les procédures de la démocratie directe sont énoncées dans la Constitution Nouvelle en Démocratie Directe (CNDD) dont le contenu peut être amené à évoluer, sous réserve de respecter les deux hypothèses fondamentales

2. Définir la place du volet politique du « Programme pour une société de l’après-croissance » dans le cadre de la stratégie 2018/2022 du mouvement. Deux options sont possibles :

  • Considérer l’intégralité du contenu du Programme pour une société de l’après-croissance comme étant le programme présenté par DDR aux prochaines élections
  • Limiter le programme présenté par DDR aux prochaines élections à la promotion du volet institutionnel, c’est à dire le projet a-politique d’instauration des procédures de démocratie directe contenue dans la CNDD. Dans cette option, le volet politique serait conservé au sein de DDR, en tant que « think tank » sans l’inclure dans la stratégie opérationnelle. Ce volet politique, véritable projet de société serait alors présenté comme un chantier de réflexion non figé et soumis à la réflexion permanente.

3. Augmenter notre visibilité : publications, communications, conférences (mise au point d’un support de conférence)

4. Confirmer notre engagement en faveur du Référendum Libre et Souverain » (RLS) en tant que premier niveau de notre projet, et valider le fait que l’adoption du RLS constituerait, pour nous, un moyen pour soumettre aux citoyens notre programme, d’égale importance que les élections présidentielles et législatives. La charte détaillée du RLS est consultable ici : http://www.democratie-directe.com/documents/charte_referendaire.pdf

5. Préparer les élections de 2022 : optimiser notre expérience des élections 2017 (échec de la campagne des parrainages pour la présidentielle, péripéties de la campagne des législatives) pour construire notre action 2022 sur des bases plus concrètes, réalistes et efficaces.

6. Installer des laboratoires d’agoras : collaborer avec l’Association pour la promotion du débat citoyen (apolitique) afin d’installer dans les communes des structures de « débat citoyen ». Ces structures ont deux objectifs : 1. expérimenter une application concrète du concept théorique d’agora. 2. initier une implantation locale de nature à favoriser la collecte des parrainages pour les présidentielles et les candidatures aux législatives 2022

7. Maintenir la gratuité de l’adhésion, mais relancer, deux fois par an, l’appel aux dons et à la cotisation volontaire

8. Créer une association de financement et ouverture d’un compte bancaire en conformité avec les dispositions réglementaire de la CNCCFP ( Commission nationale des comptes de campagne et financement des partis politiques).

Pour participer à cette AG, inscrivez-vous ici