Pour publier quelque chose ici, utilisez le formulaire de contact. Pour commenter une publication, ouvrez la zone de commentaires au bas de chaque post.

Questions sur le programme

Bonjour,

j’ai écouté votre présentation de programme et des points me posent question :sur la liberté individuelle :

1) le principe de précaution disparaitrait : quid du nucléaire, OGM, pesticides, gaz de schiste… tant qu »on ne verrait pas d’effets dévastateurs objectifs rien ne pourrait empêcher les essais

2) suppression des aspects subjectifs et de la souffrance morale ?: exemple du harcèlement moral, ou sexuel, du viol sur enfant dont les effets sur l’état subjectif de la personne sont significatifs et entraine une souffrance forte qui n’est pas forcement mesurable scientifiquement et objectivement.

Danger +++!! Ces principes sont à ajuster collectivement par consensus mais ne peuvent être absolus. Merci pour votre réaction et réponses.

Cordialement.

E. Dumont

Eric

Sujet : économie politique du projet
Je suis ravi de voir un projet citoyen prendre forme et j’avoue que le votre m’interpelle à bien des égards. Je retiens surtout deux aspects du projet: le respect de la liberté individuelle d’agir, d’entreprendre, de s’exprimer, et le concept de démocratie directe couplé à une gestion transparente des ressources publiques. 
Une chose m’échappe cependant: tout votre projet est basé sur le financement d’un service public gratuit par un autre service public marchand alors même que vous entendez respecter la liberté de chacun des citoyens d’entreprendre ce qui implique deux économies: une libre et l’autre étatique. Il semblerait acquis de nos jours qu’une économie d’état  n’engendre rien d’autre que la mauvaise gestion et une qualité de services douteuse. Mauvaise gestion par manque d’intérêt personnel ou tout simplement par manque de capacité, en effet, il est fort probable que les plus qualifiés seront attirés par l’économie libre et ses possibilités de réussite personnelle. 
Par ailleurs, par quel miracle économique l’économie marchande publique pourra-t-elle générer suffisamment de bénéfices pour à la fois payer ses charges (salaires, etc), réinvestir dans la recherche, enfin tout ce qui permet à une entreprise de survivre et en même temps payer toute la partie gratuite des bienfaits de votre état? A moins de vendre ses produits à des prix bien plus élevés que sa concurrence internationale, cela sera impossible. Il faudra donc ériger des barrières douanières prohibitives? Cela veut dire aussi que nos produits seront bien plus chers et donc difficilement exportable voire pas du tout.
J’ai cité ici une infime partie des questions que soulève votre projet dans son aspect économique qui me ne semble absolument pas viable.

Gillaizeau

Divergence…
Je suis d’accord sur le fond mais pas pleinement… Votre idéologie ne va pas assez loin. Aujourd’hui déjà la société est internationale, il n’est plus question de régler chacun ces bouts de territoire volés en leur temps. Il convient de s’organiser internationalement. Le Grand Code serait fondé sur – l’amour et le respect de l’autre : chose vitale – il inclurait une éthique humaine fondamentale (liberté, égalité, fraternité), une morale reposant sur les seuls 10 commandements universels (largement suffisants) et viserait la protection et la distribution des richesses naturelles (bien commun international), ainsi que les droits naturels de l’humain (incluant nécessairement la santé, la sécurité (dont le pénal), le travail et la liberté de religion). Tous les pays de tous les continents (Europe, USA, Afrique, Asie, Russie, Australie) y seraient assujettis. Chaque pays n’aurait qu’à constitutionnaliser de la manière la plus limpide pour être compris de tous les citoyens les règles commerciales (celles des affaires), patrimoniales (dont un droit d’usage privé), fiscales & bancaires, selon leur constitution nationale, et en dernier lieu mais les plus importantes, celles communales, réglant les questions publiques de l’enseignement, des travaux et de la recherche, et surtout de la Démocratie réelle. Finalement, cela nous donne 1 Grand Code + 5 codes nationaux. Bien sûr, l’étalon demeurerait l’argent, mais la spéculation serait totalement bannie et pourchassée. Ah là, allez-vous me dire les soucis vont recommencer !
Bon courage 

 

impressions…

De  Daniel
Bonjour, je prends connaissance de vos informations et ma foi,  j’en partage les analyses.
Malgré tout je demeure convaincu que le système actuel que NOUS voulons abroger, a de beaux jours devant lui si nous attendons que le « peuple » s’informe utilement. Le lavage de cerveau a depuis longtemps produit ses effets néfastes et il ne suffira pas de quelques pages sur le net  – que peu d’entre eux prendront liront et davantage encore moins comprendront . La majorité est convaincue qu’il est nécessaire d’avoir un chef pour que sa vie ait un sens… question de « sécurité » sans doute. En tout cas merci d’essayer…

 

Billon – La pertinence de votre méthode

Salut au « groupe de citoyens ordinaires »,
Je lis avec intérêt les comptes rendus de vos réunions antérieures. Pas d’accord avec tout, loin s’en faut, mais je me régale parfois de vos analyses. Bref, là n’est pas le problème. Le problème, le voici : comment pouvez-vous vous investir autant dans cette cause pro-démocratique, à travers une démarche si peu démocratique? En effet, de ce point de vue quelle légitimité votre groupe autoproclamé a-t-il? Qui prétendez-vous représenter, sinon vous-mêmes?

Cette contradiction entre les objectifs et la méthode m’est apparue si frappante après une conférence qui réunissait Etienne Chouard et Jacques Testard sur le sujet du tirage au sort, et juste après laquelle j’ai découvert vos travaux. Lors de cette conférence, Jacques Testard nous décrivit notamment le protocole, mis au point par lui même et des collaborateurs, de la « convention citoyenne », cet outil qui permet de sélectionner, et de former sur une question d’intérêt public, un groupe de citoyens représentatifs de la population générale dans son hétérogénéité et sa diversité, afin qu’il puisse au final produire un avis éclairé. Jacques Testard a d’ailleurs écrit un livre, « l’humanitude », qui décrit je crois (pas encore lu) le protocole exacte de ces « conventions citoyennes » et en relate les performances.

Je pense qu’une démarche louable comme celle que vous avez entreprise gagnerait à tous points de vue (en « universalité », en profondeur d’analyse, en crédibilité, en autorité vis à vis des despotes en place) si elle s’inspirait peu ou prou de tels principes.