La décroissance selon Georgescu Roegen

Il n’est pas possible de formuler un quelconque diagnostic bio-économique de notre société industrielle sans se référer plus complètement à Nicholas Georgescu Roegen. Né à Constanza (Roumanie) en 1906 et décédé à Nashville (USA) en 1994, ce mathématicien et économiste hétérodoxe est l’auteur de travaux ayant abouti, pour la première fois dans la confrérie des économistes distinguées, à l’apparition de la notion de décroissance, et ce dès 1970.

Il a contribué à l’introduction dans l’économie du concept physique d’entropie et à l’élaboration de la bio-économie, qui ouvre un pont entre les sciences économiques et les sciences biologiques. A ce titre, il fait partie du courant évolutionniste des économistes, mais il lie aussi sciences économiques et sciences physiques, ouvrant ainsi la voie à l’économie thermodynamique.

Son ouvrage scientifique majeur est « The Entropy law and the Economic Process » paru en 1971 dans lequel il écrit : « Le processus économique n’est qu’une extension de l’évolution biologique et, par conséquent, les problèmes les plus importants de l’économie doivent être envisagés sous cet angle ».

Son ouvrage « La Décroissance » (1979) est d’un abord un peu plus facile pour le lecteur non scientifique et doit être conseillé à tous ceux qui, après avoir bien intégré l’inéluctabilité de la décroissance prochaine de notre civilisation industrielle, souhaitent élever leur réflexion et l’asseoir sur la base des lois physiques de notre chère terre nourricière.

Nous livrons à la réflexion du lecteur de cet ouvrage quelques extraits des œuvres de Roegen, que nous estimons inutile d’assortir de tout commentaire, mais que nous pensons propice à la méditation de chacun.

Les principes thermodynamiques et l’entropie

« Contrairement au dogme mécaniste qui représente, dans les manuels courants, le processus économique par un diagramme circulaire enfermant le mouvement de va-et-vient entre la production et la consommation dans un système complètement clos, et contrairement à la vision des économistes marxistes qui jurent au nom de Marx que tout ce que la nature offre à l’homme n’est que don gratuit, la réalité thermodynamique est que l’homme ne peut ni créer ni détruire de la matière ou de l’énergie. Cette vérité découle du principe de conservation de la matière-énergie, autrement dit du premier principe de la thermodynamique. »

« Le processus économique ne produit ni ne consomme de la matière-énergie, il se limite à l’absorber pour ensuite la rejeter continuellement. »

« Les partisans les plus acharnés de la thèse selon laquelle les ressources naturelles n’ont rien à voir avec la valeur des produits fabriqués finiront par admettre qu’il y a une différence entre ce qui est absorbé dans le processus économique et ce qui en sort. Et cette différence, bien sûr, ne peut être que qualitative. »

« Le deuxième principe de la thermodynamique, appelé aussi la Loi de l’Entropie stipule que l’entropie d’un système clos croît constamment vers un maximum ou que l’ordre d’un tel système se transforme continuellement en désordre. C’est-à-dire que l’énergie utilisable est continuellement transformée en énergie inutilisable jusqu’à ce qu’elle disparaisse complètement. »

« Une définition simple de l’entropie est  l’indice de la quantité d’énergie inutilisable contenue dans un système thermodynamique donné à un moment donné de son évolution. »

« Du point de vue de la thermodynamique, la matière-énergie absorbée par le processus économique l’est dans un état de basse entropie et elle en ressort dans un état de haute entropie. »

« En termes d’entropie, le coût de toute entreprise biologique ou économique est toujours plus grand que le produit. De telles activités se traduisent nécessairement par un déficit. »

« En principe au moins, il n’est pas contestable que nous puissions recycler l’or dispersé dans le sable des mers tout autant que l’eau bouillie, mais, dans l’un et l’autre cas, nous devons utiliser une quantité supplémentaire de basse entropie bien plus considérable que la basse d’entropie obtenue par ce qui sera recyclé. Car il n’y a pas plus de recyclage gratuit qu’il n’y a d’industrie sans déchets. »

« Toutes les formes d’énergie sont graduellement transformées en chaleur et la chaleur enfin de compte devient si diffuse que l’homme ne peut plus l’utiliser. »

« Chaque fois que nous produisons une voiture, nous détruisons irrévocablement une quantité de basse entropie qui, autrement pourrait être utilisée pour fabriquer une charrue ou une bêche »

« Une formulation intuitive de la quatrième loi de la thermodynamique est la suivante: Dans tout système clos, la matière utilisable se dégrade irrévocablement en matière non-utilisable. »

Equation de l’énergie :

  1. « Aucun travail mécanique ne peut s’obtenir sans dépense d’énergie.
  2. Aucun travail ne peut être obtenu en réalité sans qu’une quantité d’énergie utilisable ne soit gaspillée en énergie non-utilisable.
  3. Aucun système réel ne peut être complètement purifié d’énergie non utilisable. Il s’agit là d’un corollaire de la troisième loi de la thermodynamique énoncée par W.Nernst. »

Equation de la matière :

  1. « Aucun travail ne peut s’obtenir sans utiliser de la matière.
  2. Aucun travail ne peut s’obtenir sans que quelque matière utilisable ne se dégrade en matière non-utilisable.
  3. Aucune substance ne peut être complètement purifiée de ses éléments contaminants. Ce dernier principe confirme la loi de Planck (1913) »

Les Mythes économiques

« Le mythe du mouvement perpétuel de première espèce : croire qu’on peut mouvoir les choses sans consommer d’énergie, »

« Le mythe du mouvement perpétuel de deuxième espèce : croire que nous pouvons utiliser la même énergie continuellement, »

« Autre mythe : celui de l’homme réussissant toujours à trouver de nouvelles sources d’énergie et de nouveaux moyens de les asservir à son profit. Résumé par la phrase : « Quoi qu’il advienne, nous trouverons bien [toujours] quelque chose »

« Autre mythe : croire en la possibilité d’une activité industrielle libre de toute pollution. »

Croissance et développement

« Une confusion sur laquelle Joseph Schumpeter a constamment mis en garde les économistes, c’est la confusion entre croissance et développement. Il y a croissance économique lorsque augmente la production par habitant des types de biens courants. Le développement signifie l’introduction des innovations techniques »

« Les racines de la croissance économique plongent profondément dans la nature humaine. C’est en raison des instincts d’artisanat et de curiosité gratuite de l’homme qu’une innovation en suscite une autre, ce qui constitue le développement »

« Le passé de l’homme consiste principalement en longues séquences d’états quasi stationnaires et l’ère d’effervescence actuelle n’est en soi qu’une toute petite exception. Certains de ceux qui ne comprennent pas combien exceptionnel, et peut-être même anormal, est l’intermède actuel ignorent le fait que l’extraction du charbon des mines a commencé il y a seulement huit cents ans et que, aussi incroyable que cela paraisse, la moitié de la quantité de charbon qui ait jamais été extraite l’a été dans les trente dernières années. »

« En fait la véritable défense de l’environnement doit être centrée sur le taux global d’épuisement des ressources (et sur le taux de pollution qui en découle) la conclusion nécessaire des arguments avancés en faveur de cette perspective consiste à remplacer l’état stationnaire par un état de décroissance. À n’en point douter, la croissance actuelle doit non seulement cesser, mais être inversée »

« Une société industrielle se heurte à une accessibilité décroissante de la matière-énergie dont elle a besoin. Si cette circonstance n’est pas contrebalancée par des innovations technologiques, le capital doit nécessairement être accru et les gens doivent travailler davantage pour autant que la population doive demeurer constante. La difficulté majeure réside alors dans l’impossibilité des innovations à se poursuivre indéfiniment dans un système clos. Les progrès technologiques trop vantés et vendus à notre époque ne devraient pas nous aveugler. Du point de vue de l’économie des ressources terrestres – base du mode de vie industriel de l’humanité – la plupart des innovations représentent un gaspillage de basse entropie »

« La thèse selon laquelle l’état stationnaire constitue notre salut écologique, si brillamment soutenue par Herman Daly (1973) (cf. le développement durable. ndrl) se heurte aussi à la quatrième loi de la thermodynamique. Sa grande popularité dans les pays occidentaux est surtout due au fait que les gens des pays développés qui, à présent, se sentent menacés par la crise de l’énergie aimeraient bien garder pour toujours leur niveau de vie actuel »

Les innovations technologiques

« Pour comprendre la vraie nature de la présente crise de l’énergie et être en mesure d’imaginer son dénouement le plus probable, il faut écarter les innovations éblouissantes, mais subsidiaires, pour découvrir celles qui ont représenté un réel progrès technique. Aussi surprenant que cela puisse paraître, dans toute notre évolution technologique il n’y a eu que deux innovations vraiment cruciales

  1. Promethée 1: Le Feu : c’est une conversion qualitative de l’énergie, à savoir la conversion d’une certaine forme d’énergie chimique en énergie calorifique.
  2. Promethée 2: La Machine à vapeur : c’est égalemnt une conversion qualitative, à savoir la conversion de l’énergie calorifique en énergie motrice.

Reste à inventer Prométhée 3 : c’est à dire transformer l‘énergie solaire en énergie motrice. Mais il y a un problème car aucune recette pour collecter directement l’énergie solaire ne conduit à un processus en chaîne. La difficulté est essentielle : l’énergie solaire arrive au sol avec une intensité extrêmement faible, une énorme quantité de matière (les collecteurs) est donc nécessaire pour la concentrer. »

« Il conviendrait de glisser lentement et sans catastrophes vers une technologie « moins chaude ». Évidemment cette dernière technologie ne pourrait être qu’un nouvel âge de bois, différent quand même de celui du passé, parce que nos connaissances techniques sont plus étendues aujourd’hui. Et si ce retour devient nécessaire, la profession des économistes subira un changement curieux : au lieu d’être exclusivement préoccupés de croissance économique, les économistes chercheront des critères optima pour planifier la décroissance. »

L’homme est-il sage ?

« Une politique salutaire de conservation n’est pas une tâche pour une seule nation, ni même pour plusieurs nations. Elle nécessite la coopération étroite de toutes les nations. Malheureusement une telle coopération se heurte à des obstacles insurmontables, qui tous appartiennent à la nature humaine. Homo sapiens sapiens ne peut comprendre ce qu’il doit faire pour son salut écologique, sa nature l’empêche de suivre le conseil de la sagesse. »

« D’une part la population de nombreux pays continue à croître à grands pas en dépit du fait qu’elle a déjà dépassé la capacité nutritive normale de la terre La capacité normale correspond à une agriculture organique, c’est-à-dire, une agriculture basée essentiellement sur l’énergie solaire. Aujourd’hui la terre est « forcée » par une agriculture mécanisée, des engrais chimiques et des espèces de haut rendement. »

« Tout se passe comme si l’espèce humaine avait choisi de mener une vie brève mais excitante, laissant aux espèces moins ambitieuses une existence longue mais monotone. »